LES DERNIERES NOUVELLES

INTERROGATION

Le 24/03/2003

La guerre a commencé et apparaît dans son horrible réalité. On nous avait prédit une libération avec un soulèvement de la population et une arrivée heureuse et dans la joie des troupes américaines de toute évidence il n'y a plus que FOX NEWS pour y croire encore ! Après les images des premiers prisonniers Iraquiens, suivent les images des premiers prisonniers Américains et ces dernières soulèvent les protestations des gouvernements Américain et Britannique et se réfèrent à la convention de Genève. Nous aurions bien aimé avoir les mêmes déclarations quand les prisonniers Iraquiens étaient montrés en boucle sur les télévisions, cela donnerait plus de crédit aux déclarations actuelles à moins que la convention de Genève ne s'applique qu'aux autres ??

Enfin en ces temps de tristesse et de folie nos pensées vont aux victimes de cette guerre stupide et révoltante sans distinction de nationalité et plus particulièrement aux victimes civils qui pour l'instant payent le plus lourd tribut.

CITOYENS.AGIR

 

 

BAGDAD (AFP), le 24-03-2003
La capitale irakienne a connu de violents bombardements américains lundi avant l'aube, après que l'armée irakienne eut infligé aux forces américaines leurs plus lourdes pertes depuis le début de la guerre.

La résistance acharnée des forces irakiennes dans plusieurs villes au sud de Bagdad n'a pas empêché une avant-garde américaine de parvenir à une centaine de kilomètres de la capitale irakienne, en contournant les principaux lieux de combat.

Mais si la domination aérienne américaine est écrasante -la DCA irakienne n'est même pas entrée en action lors des dernières frappes-, les troupes de la coalition américano-britannique au sol ont connu dimanche "la plus dure journée de combats" depuis le début de leur offensive jeudi, de l'aveu du général John Abizaid, numéro deux américain chargé de l'opération Liberté de l'Irak.

Les autorités militaires américaines ont reconnu qu'un peu moins de dix de leurs soldats avaient été tués et que douze autres étaient portés disparus dans des combats très violents autour de Nassiriyah, ville stratégique du sud.

Les forces américano-britanniques ont également rencontré une résistance acharnée près de et dans le port d'Oum Qasr dans le sud. Les autorités irakiennes affirment que 25 soldats américains et britanniques ont été tués autour de Nassiriyah.

"C'est un jour difficile de combats pour la coalition", mais "nos forces continuent à combattre", a déclaré le général Vince Brooks, un autre adjoint du général Franks. Le président américain George W. Bush a admis que les forces de la coalition n'en étaient "qu'au début d'un rude conflit".

Lundi matin, le ministère britannique de la Défense a fait état de la disparition de deux soldats "à la suite d'une attaque contre des véhicules britanniques" dimanche dans le sud de l'Irak.

Les bombardements dimanche soir sur Bagdad ont été les plus violents depuis le lancement vendredi par la coalition américano-britannique d'une campagne aérienne "choc et stupeur", selon les journalistes de l'AFP dans la ville. La capitale a été également la cible de frappes moins intenses lundi avant l'aube.

Deux bombardiers B-52 américains sont partis au milieu de la nuit de leur base britannique de Fairford vers de nouvelles cibles irakiennes. Les forces irakiennes ont riposté aux frappes en tirant un missile qui a été intercepté par un missile antimissile Patriot au dessus de Koweït, selon un porte-parole militaire koweitien.

Des raids aériens ont aussi visé dans la nuit et lundi matin la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, selon le correspondant de la chaîne qatariote Al-Jazira sur place, qui n'a pas précisé les sites visés.

Selon un correspondant de l'AFP accompagnant les troupes, les unités les plus avancées de la coalition se trouvent désormais à une centaine de km au sud de Bagdad, entre les villes saintes chiites de Najaf et Karbala.

La chaîne de télévision américaine Fox News a affirmé que ces forces avaient découvert une "énorme" fabrique d'armes chimiques près de Najaf, mais le Pentagone s'est contenté d'affirmer qu'elles examinaient une usine chimique pour savoir si elle a pu servir à la fabrication d'armes chimiques.

Les douze soldats américains portés disparus sont tombés dans une embuscade après s'être apparemment trompé de route. Ce sont de toute évidence certains d'entre eux, tués ou faits prisonniers, dont la télévision Al-Jazira a diffusé dimanche les images, selon le général Abizaid. Ces images montrant au moins cinq soldats tués et cinq autres faits prisonniers, dont une femme, ont suscité une vive polémique.

M. Bush a exigé que les prisonniers de guerre américains soient traités "avec humanité" et averti ceux qui les maltraiteraient qu'ils seraient considérés comme des criminels de guerre. Les autorités irakiennes ont assuré qu'elles respecteraient leurs obligations en matière de droit de la guerre.

La totalité des chaînes américaines, à l'exception de CBS, a refusé de diffuser ces images. En dehors de la BBC, les chaînes de télévision en Europe les ont en revanche diffusées ou comptaient le faire. Le Comité international de la Croix-Rouge a souligné qu'exposer au public des prisonniers de guerre constituait une violation des Conventions de Genève de 1949.

La journée de dimanche a également été marquée par une erreur des forces américaines, dont un missile Patriot a abattu dans le Golfe un chasseur-bombardier britannique Tornado revenant de mission, tuant ses deux pilotes.

A plusieurs milliers de kilomètres du théâtre des opérations, la guerre en Irak a provoqué des remous à la 75ème cérémonie des Oscars à Hollywood. Le réalisateur américain Michael Moore, Oscar du meilleur documentaire pour son film "Bowling for Columbine", a soulevé les huées d'une partie de la salle en déclarant: "nous sommes contre cette guerre M. Bush. Honte à vous, M. Bush".

Le dollar a reculé face au yen et à l'euro lundi matin, les nouvelles de pertes américaines et britanniques faisant craindre aux cambistes que la guerre en Irak ne dure plus longtemps que prévu.

 

 

qui sommes nous?         Accueil           1991 - la grande propagande

 

Intérêt d'une nouvelle guerre          Conséquences d'une nouvelle guerre 

 

        Liens Internet                    Zoom sur la situation actuelle

 

Nous contacter